Participation du LPA Contamine (74) au programme européen "Semences du Mont-Blanc"



Les partenaires du programme européen « Semences du Mont-Blanc » invitaient tous leurs partenaires à l’occasion du séminaire de clôture de trois années de coopération franco-suisse.
En effet, à la suite de travaux - terrassements pour les améliorations en alpage, les dessertes forestières et pastorales, les pistes de ski sur des espaces agricoles, la reconquête de lisières forestières - il est aujourd’hui nécessaire de restaurer les prairies alpines avec des mélanges de semences locales. L’introduction d’espèces non autochtones ralentit le processus de recolonisation et risque de banaliser les prairies et pelouses d’altitude. A l’inverse l’utilisation de graines locales adaptées au climat de montagne permet de diminuer les quantités de semis nécessaires, les apports en engrais et contribue à reconstituer des écosystèmes stables en favorisant la diversité.
Ainsi les partenaires du programme « Semences du Mont-Blanc » se sont rassemblés depuis trois ans pour collecter des semences en milieu naturel, les mettre en culture afin de constituer des mélanges adaptés pour les réensemencements. Il convenait donc pour La Société d’Economie Alpestre d’identifier au préalable les besoins des maîtres d’ouvrage des aménagements en montagne. Après avoir caractérisé les différentes espèces des prairies de montagne en fonction de leur valeur agronomique, environnementale et de leur exposition, la Haute Ecole du Paysage, d’Ingénierie et d’Architecture s’est attelée à la collecte puis aux tests de germination des graines récoltées. A la suite d’une première phase d’amplification, la mise en culture a été conduite au sein de la Ferme de Chosal, établissement et service d’aide par le travail (ESAT) dont la vocation et le savoir-faire s’appuient sur l’insertion par le travail protégé de personnes handicapées. La constitution des mélanges diversifiés et adaptés aux sites tests a été réalisée par OH Semences avec les graines des premières années du programme, complétées par du matériel semencier collecté précédemment dans les Alpes du Nord.




Ont été associés au programme, le Conservatoire botanique national alpin de Gap qui contribue à la démarche nationale « Végétal local » visant à développer les végétaux d’origine indigène, le Lycée Professionnel Agricole de Contamine-sur-Arve qui exploite l’alpage de Séraussaix sur la Commune de Morzine, site de formation des jeunes se destinant à l’élevage en montagne et premier site test pour les réensemencements. Ces derniers ont été conduits en partenariat avec la Société d’exploitation des remontées mécaniques d’Avoriaz, confirmant la demande des domaines skiables.
Simultanément s’est préparée la restauration du site de l’ancienne soufflerie du Mont Lachat sur la Commune de Saint Gervais les Bains dans le site classé du Mont Blanc.



Le développement d’une filière pérenne reconnue par la labellisation d’espèces récoltées et mises en culture, disponibles sous forme de mélanges, était l’ambition de ce projet innovant et faisant appel à un large partenariat avec le soutien de l’Europe (Fonds FEDER), de la Confédération suisse, des cantons de Genève et de Vaud et du Conseil départemental de la Haute Savoie.


La journée de clôture du programme s’est déroulée en trois temps :
- les communications par les différents partenaires dans la salle des festivals d’Avoriaz ;
- un buffet de produits des alpages préparé par l’Ecole Nationale des Industries du Lait et des Viandes et le Lycée Agricole de Contamine sur Arve au Chalet d’alpage de Séraussaix ;
- une visite des chantiers de réensemencement et la présentation des placettes de suivi.



Parmi les 90 participants, on notait la présence de 4 directeurs de domaines skiables et du Directeur national de DSF, 5 bureaux d’étude spécialisés en aménagement de la montagne (France et Suisse), le représentant du centre d’ingénierie hydraulique EDF, l’Office national des forêts, la Chambre d’agriculture Savoie Mont Blanc, le Groupement national interprofessionnel des semences, les botanistes du Jardin botanique de Genève, du Conservatoire botanique national alpin, du Parc national de la Vanoise, du Conservatoire des espaces naturels de la Haute-Savoie Asters, 2 Présidents d’Associations foncières pastorales, des éleveurs alpagistes.



La conclusion de la matinée a pu être apportée par les quatre initiateurs du programme et par le Chef du Service Régional de la Formation et du Développement de la Direction Régionale de l’Agriculture, de l’Alimentation et de la Forêt.



Tous droits réservés (c) www.eapauvergnerhonealpes.fr
Tous droits réservés (c) www.eapauvergnerhonealpes.fr
Tous droits réservés (c) www.eapauvergnerhonealpes.fr