St Genis Laval (69) : Ouverture du musée « Un coin d’histoire »



« Un coin d’histoire » est une exposition présentée par des BTSA 2 pour leur Projet d’Initiative et de Communication. Le musée ouvrira ses portes dès le 30 janvier 2016.


Rencontre avec les quatre organisatrices Adélaïde, Amélie, Alicia et Julie afin de découvrir le projet plus en détail.


Nous voudrions savoir d’où vous vient l’idée d’un musée dans votre établissement ?
Julie : Nous cherchions à la base un sujet et notre professeure d’éducation socioculturelle Mme Monnet nous a dit qu’une autre professeure de notre établissement, Mme Dumont, voulait faire ce projet depuis longtemps.
Adélaïde  : Oui, en plus cette idée nous a vraiment emballées, tout d’abord parce que ce type de sujet sortait vraiment de l’ordinaire, et puis nous allions apprendre beaucoup de chose sur notre lycée, son histoire et sur l’évolution des sciences.


Pourquoi avoir donné comme nom à votre musée « Un coin d’histoire » ?
Alicia  : Notre BTS se situe dans le coin de Saint Genis Laval, donc souvent lorsque l’on désigne le lycée on dit le « lycée du coin ». Et « l’histoire » car notre musée va contenir des photos et des vieux objets de notre établissement, avec son évolution au cours du temps, soit d’un collège de filles à un lycée agroalimentaire.
Amélie  : Nous allons également développer l’évolution de l’apprentissage des sciences comme, par exemple, de la balance de chimie la plus ancienne à la plus récente.


Il doit y avoir de nombreux objets dans votre musée, mais je voudrais savoir, parmi eux, lequel préférez-vous, et pourquoi ?
Adélaïde : Pour ma part, ça serait la balance trébuchet, qui est la toute première balance que nous ayons. Elle est tellement archaïque que je réalise que cela devait être beaucoup plus long de faire n’importe quelle manipulation alors qu’aujourd’hui tout va plus vite avec l’électronique.
Amélie : Moi c’est plutôt le serpent dans un bocal, je me suis dit : « Oh mon dieu, un serpent dans le lycée, ce n’est pas normal » (rire).
Julie : Notre squelette de poussin n’est pas mal non plus dans son genre.
Alicia : Personnellement, c’est la maquette du corps humain détachable qui ne devait certainement pas être pratique à transporter, alors qu’aujourd’hui toutes les présentations se font sur ordinateur.


Que vous a apporté ce projet ?
Adélaïde : Des connaissances dans les avancées technologiques et de l’apprentissage. Mais également la difficulté de mettre en place un projet d’une telle ampleur, les contraintes que nous pouvons rencontrer ainsi que la satisfaction d’avoir fini un projet qui nous tenait à cœur.




Tous droits réservés (c) www.eapauvergnerhonealpes.fr
Tous droits réservés (c) www.eapauvergnerhonealpes.fr
Tous droits réservés (c) www.eapauvergnerhonealpes.fr